Communiqué de presse

L’Union des Mosquées de France condamne avec la plus grande vigueur les massacres perpétrés contre les musulmans Rohingyas par l’armée Birmane et des extrémistes se réclamant du bouddhisme.  Depuis le 25 août dernier, le déferlement de la haine et de la barbarie contre ce peuple le plus persécuté du monde a pris une tournure qui doit interpeler toute personne éprise de paix et de justice.  Aux centaines d’hommes, de femmes et d’enfants sauvagement tués,   il faut ajouter plus de 530 000 Rohingyas forcés à l’exil au Bangladesh.

L’UMF, horrifiée par cette barbarie abjecte que rien ne saurait justifier, exprime sa profonde indignation face aux déclarations honteuses et scandaleuses de la chef du gouvernement Birman, Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix, qui tente de minimiser la tragédie des Rohingyas en la qualifiant « de partie émergée d’un énorme iceberg de désinformation ».

L’UMF appelle le Président de la République Emmanuel Macron à user de son autorité politique et morale et de la place qu’occupe notre pays au sein des instances internationales pour faire cesser ces crimes contre l’humanité et protéger la vie et la dignité des Rohingyas. 

L’UMF appelle les musulmans de France à soutenir les ONG qui oeuvrent pour le secours des populations exilées et à élever des prières pour que cessent les atrocités insoutenables dont sont victimes les Rohingyas.

L’UMF appelle toutes les forces vives de notre pays, indignées par l’injustice qui frappe les musulmans Rohingyas, à rester vigilant quant aux images relayées et aux expressions utilisées afin d’éviter tout amalgame ou confusion avec l’immense majorité des bouddhistes et des valeurs que prône le bouddhisme.

Paris, le 6 septembre 2017

Union des Mosquées de France

Fil de navigation