Pose de la première pierre de la mosquée de Roubaix

Inauguration de l’exposition vivre ensemble -13 mai 2018

LE CONCEPT DU JIHAD A L’EPREUVE DES DEFIS DE L’EXTREMISME CONTEMPORAIN A AVIGNON 5 MAI 2018

LE CONCEPT DU JIHAD A L’EPREUVE DES DEFIS DE L’EXTREMISME CONTEMPORAIN A LILLE 29 AVRIL 2018

Recueillement de l’UMF et dépôt de gerbe au magasin Super U de Trèbes à la mémoire des victimes

Conférence "Le rôle de l’imam dans la promotion des valeurs communes" le 31 mars 2018 à Narbonne

Voyage interreligieux au Maroc organisé Par le CRCM et l'UMF Mars 2018

Le 11 juillet de chaque année est la journée de souvenirs des massacres de plus de 8 300 musulmans de la ville de Srebrenica et ses environs par les milices serbes de Bosnie-Herzégovine en juillet 1995. Elle rappelle aussi, d’une manière générale, le génocide perpétré par l’armée de la République serbe de Bosnie (VRS) contre les musulmans bosniaques entre 1992 et 1995.

Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), institué le 25 mai 1993 par l’ONU, afin de poursuivre et de juger ceux qui se sont rendus coupables de violations graves du droit international humanitaire sur le territoire de l’ex-Yougoslavie, à compter du 1er janvier 1991, a réalisé une vidéo (ci-dessous) à l’occasion du 20 ème anniversaire de ce génocide et crime contre l’humanité.

Le souvenir est aujourd’hui particulièrement nécessaire alors que nos démocraties sont menacées par la montée d’idéologies identitaires à caractères religieux ou nationaliste.

L’humanité bien qu’elle dispose depuis longtemps de nombreux textes, traités et conventions sur les droits fondamentaux qui reconnaissent à l’Homme sa dignité, sa liberté et la sacralité de sa personne, les évènements du siècle passé et de ces dernières années montrent combien la Paix et la cohésion au sein de nos sociétés sont fragiles et ont besoin d’être préservées, protégées et consolidées jour après jour. Toutes les institutions civiles et religieuses et tous les citoyens de notre pays doivent se sentir en première ligne pour atteindre cet objectif.

Ils doivent mettre toute leur énergie et tous leurs moyens pour éclairer et apaiser les esprits et les cœurs face à la peur et l’incompréhension qui peuvent naitre dans la confusion des conflits et des guerres des ignorances.« L’histoire nous apprend qu’à chaque fois qu’ils se sont trouvés réunies la perception juste ou injuste du développement des inégalités et la perception juste ou injuste d’un défaut de représentativité dans le débat politique et démocratique, à chaque fois que ces deux facteurs se sont trouvés réunis, la porte fut grande ouverte au populisme et à l’extrémisme » (Jean Paul Delevoye, Président du CSE, Décembre 2012).

« Le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire » (Albert Einstein)

Fil de navigation