Ramadan 2014Chaque année, le Maroc envoie vers différents pays plusieurs centaines de prédicateurs et prédicatrices pour répondre aux sollicitations et attentes des membres de sa communauté, soit plus de 4 millions et demi. Le but étant d’assurer un meilleur encadrement religieux et de favoriser l’enseignement et la promotion d’un Islam du juste milieu, ouvert, tolérant et respectueux des autres religions et croyances.

La tradition

Comme de coutume, le Maroc a envoyé en France, pour cette édition 2014 de Ramadan, près de 225 Imams, psalmodieurs et prédicateurs, afin d’assurer l’encadrement et le bon déroulement des activités religieuses durant le mois sacré. Il s’agit en la circonstance d’Imams et prédicateurs formés et choisis par le Ministère des Habous et des Affaires Islamiques, c’est le cas également pour la Fondation Hassan II, selon des critères bien définis, privilégiant la compétence en matière religieuse mais aussi la maitrise de la langue du pays d’accueil.

Une grande figure de l’IslamLire la biographie de la Noble Dame Râbi’ah Al-’Adawiyyah, c’est être ballotté entre les flots de lumière, les effluves de couleurs et l’odeur des parfums spirituels. Les événements extérieurs de sa vie sont relativement peu nombreux… Mais les événements intérieurs, propres à son âme céleste, sont innombrables. La raison humaine ne peut concevoir les degrés de l’amour qu’a gravis cette femme, dans la recherche effrénée de Celui qu’elle aime…

Naissance de Râbi’ah et contexte social de l’époque

Râbi’ah vit le jour à une époque caractérisée par l’emprise de l’apparat. Les Musulmans avaient alors conquis la plus grande partie du monde connu. Les richesses s’amassaient chez eux en provenance du monde entier. La distance spatio-temporelle qui les séparait de l’époque du Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) et du temps du Califat Bien-Guidé allait grandissant. Le faste et l’amour de la matière s’étaient installés chez eux. Bref, le moment était venu pour qu’une voix nouvelle retentît de l’appel authentique et éternel, l’Appel de Dieu…

La dimension spirituelleToute prescription appartenant au corpus de la praxis musulmane répond à des normes et est conditionnée par des règles. Mais les productions normative et jurisprudentielle ont tendance à passer sous silence l’esprit et la finalité de l’objet de leurs études. Combien de traités abordent le sens des actes d’adoration ? Combien d’ouvrages s’arrêtent sur leurs visées spirituelles, leurs secrets ? La question induit la réponse !

Nous accueillons un mois béni dont Dieu (qu’Il soit glorifié) a prescrit le jeûne. Les livres de jurisprudence regorgent de détails sur les modalités de sa validité, ses interdits, ses recommandations. Mais quid de son esprit, de sa dimension spirituelle ?

Fil de navigation