Des imams étrangersJean-Sébastian Evrard/AFP Belgacem Bensaid, Imam de la mosquée Assalam, avec le Coran lors de la prière le 28 juillet 2014 à Nantes En manque d'imams, les mosquées françaises ont fait appel à près de 400 religieux venus des pays de tradition musulmane pour assurer les prêches du ramadan.

L'heure de la fin du jeûne approche à Argenteuil (Val d’Oise), et Mohammed Bouzid attend les fidèles dans les locaux temporaires de l’association Essalam, à quelques pas de la future mosquée. Rares sont pourtant les fidèles qui le connaissent bien.

Il fait partie des centaines d’imams venus en renfort comme chaque année dans les mosquées françaises pour le ramadan, qui s'achève au début de la semaine prochaine.

A Rabat, l’imam au français impeccable est directeur d’un collège-lycée, professeur et chercheur en pensée islamique. Chaque année, il vient épauler un imam local pendant le mois de ramadan, ou officier dans des communautés dépourvues d’imam.

Le principe du juste milieu, de Mustapha Cherif

Le monde actuel, désorienté, a besoin de revenir à la voie médiane, du chemin droit, du juste milieu. Le concept ummatu al-wassat, décisif pour relever les défis de notre temps est méconnu, incompris, perdu de vue par des extrêmes de tous bords.
Mustapha Cherif remet à l’ordre du jour l’idée fondamentale de la « médianité », du « juste milieu », al-wassatiya, comme question qui détermine l’avenir du monde en général et des musulmans en particulier.

Dans cet ouvrage synthèse, l’auteur explique et interprète, de manière nouvelle et pédagogique, ce qu’est la « communauté médiane », dans toutes ses dimensions et pour notre temps. Il donne à penser, responsabilise et ouvre des perspectives.

Résumé du livre

Le monde désorienté a besoin de revenir au principe du juste milieu, telle est la conviction qui traverse cet ouvrage. Il se veut le rappel d’une sagesse pour tous les temps. Il explique comment apprendre à vivre dans la mesure, la modération et l’équilibre.
Prônée par l’islam, la voie du juste milieu est abordée comme le concept fondamental qui définit la communauté des croyants, ouverte sur l’universel, aspirant à l’excellence.

Cet ouvrage est le premier qui rend compréhensible la vision spirituelle du juste milieu concernant toutes les dimensions de l’existence.

Fatwas et préservationLe Maroc a organisé les Fatwas d'une façon convenable pour préserver les intérêts de la Oumma, car il s'agit d'un domaine qui touche à des questions intéressant la société toute entière, a affirmé le ministre des Habous et des Affaires Islamiques, Ahmed Toufiq.

L'émission de Fatwas est une action collective émanant de l'institution chargée des Fatwas auprès du Conseil Supérieur des Oulémas, a fait observer M. Toufiq qui était l'invité de l'émission "Hiwar" diffusée mercredi soir par la chaine "France 24", soulignant que l'émission de Fatwas demeure l'apanage de cette institution.

Le Conseil Supérieur des Oulémas est "la seule institution autorisée à émettre des Fatwas, à trancher dans toute question et décider à quel point elle est conforme avec les principes de la religion et de la jurisprudence, à l'instar du Conseil Constitutionnel, le seul habilité à trancher dans la constitutionnalité des Lois", a-t-il dit.

EnsembleEn ce début du mois de juin, la société française fait face à plusieurs chocs : à nouveau, celui de l’arrestation d’un jeune français de tradition musulmane, auteur présumé de l’assassinat de quatre personnes au musée juif de Bruxelles le 24 mai 2014.Cet attentat antisémite a, très vite, été dénoncé par tous les responsables politiques et religieux, et parmi eux les diverses autorités musulmanes de notre pays. Comment ne pas penser à l’action de Mohammed Merah ? Quelques semaines auparavant les agissements de la secte Boko Haram au Nigéria avec l’enlèvement de deux cents jeunes filles avaient aussi suscité des condamnations

unanimes dont celle de responsables musulmans en France. Ensemble, nous devons dénoncer tous ceux et celles qui utilisent le nom de Dieu ou la religion pour susciter la haine parmi les êtres humains ou pire encore tuer.

La société française est aussi sous le choc des résultats aux élections européennes, avec près des deux tiers de citoyens s’abstenant d’y participer et le Front national, devenant le premier parti représentant les Français au parlement Européen.

Fil de navigation