Bernard Cazeneuve

Monsieur le Préfet,
Monsieur le Maire,
Monsieur le président du Conseil national du Culte musulman, cher Anouar KBIBECH,
Monsieur le recteur de la Mosquée de Paris, cher Dalil BOUBAKEUR,
Monsieur le président de l’Union des Mosquées de France, cher Mohammed MOUSSAOUI,
Monsieur le Président de l’Association cultuelle des Musulmans du Gers,
Monseigneur,
Monsieur le Grand Rabbin de Toulouse,
Mesdames et Messieurs,

Je suis venu à Auch pour vous faire part de mon indignation face à l’incendie d’origine criminelle dont a fait l’objet la mosquée de cette ville. Je souhaite exprimer ma sympathie et mon soutien aux responsables de cette mosquée et aux fidèles musulmans, dont je sais qu’ils se sont sentis profondément atteints par cet acte odieux.

L’enquête est en cours et devra établir l’identité et les motivations de ses auteurs mais je suis venu pour vous assurer solennellement que tout sera mis en œuvre par les services de sécurité pour qu’ils soient identifiés, interpellés, traduits en justice et punis. Car il n’est pas tolérable, en aucune circonstance, que l’on puisse en France, en 2015, incendier une mosquée, ou tout autre lieu de culte.

Mais j’ai également tenu à ce que ce moment de recueillement et de solidarité se tienne ici, dans les salons de la Préfecture du Gers, symbole de l’Etat républicain, parce que cet acte criminel ne vise pas les seuls fidèles musulmans de cette ville. Il vous concerne tous, habitants d’Auch, quelle que soient vos croyances et vos convictions. Et il nous concerne tous, en tant que Français et en tant que républicains.

Comme à chaque fois qu’un lieu de culte est attaqué – qu’il s’agisse d’une mosquée, d’une synagogue, d’une église, d’un temple – , comme à chaque fois qu’une personne est agressée en raison de son origine ou de ses convictions, c’est notre liberté qui est mise en cause de façon insupportable et ce sont les valeurs de la République laïque qui sont attaquées.

Parce que la République, c’est la laïcité, qui garantit à chacun la liberté de croire ou de ne pas croire et qui assure à tous les croyants le droit de pratiquer leur culte dans des conditions dignes et paisibles.

N’écoutez pas ceux qui vous disent que la laïcité est une arme contre la religion, pas plus que ceux qui tentent d’en faire un instrument d’exclusion contre les musulmans de France. Ni les uns, ni les autres, ne comprennent ce qu’est la République laïque.

La laïcité, c’est tout simplement la neutralité de l’Etat. La question religieuse est en France une purement affaire privée, que les citoyens abordent de façon d’autant plus libre que l’Etat les assure de sa neutralité à cet égard. La laïcité, c’est ce principe juridique qui organise et permet l’exercice de la liberté religieuse. Ce n’est pas la police des mœurs, des vêtements, ni de l’alimentation. Et c’est pourquoi je m’insurge absolument à l’idée que l’on utilise cette belle valeur républicaine pour tenter de supprimer les menus de substitution dans les cantines scolaires ou d’interdire l’accès des plages aux jeunes femmes qui portent le foulard.

La République, c’est l’égalité des droits et c’est donc la tolérance.  Lorsque la République a été rétablie en 1944, pour bien marquer le rejet de ce qu’avaient été le régime de Vichy et la barbarie nazie, les constituants de la IVème République ont écrit à l’article 1er du Préambule de la Constitution, qui sera repris sous la Vème République : « Au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine, le Peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion, ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés. » Lire la suite

Fil de navigation