Communiqué de presse

La fête de l’Aïd El Adha qui coïncide comme chaque année avec le Grand Pèlerinage (Le Hadj), est l’occasion pour les musulmans de commémorer l’œuvre et le sacrifice du Prophète Abraham (Ibrahim). La célébration de cette fête, qui débutera le 23 ou 24 septembre prochains, doit nous rappeler notre devoir face aux souffrances et à la tragédie des milliers de réfugiés qui fuient les guerres et les persécutions.

L’Union des Mosquées de France (UMF) s’associe à l’appel du pape François à donner une espérance concrète à ces victimes de la guerre et de la faim par l’accueil d’une famille au sein de chaque communauté religieuse et invite toutes les mosquées de France à s’y associer.

L’UMF appelle les musulmans de France, qui ont déjà réservé leurs sacrifices pour la fête de l’Aïd El Adha, à appliquer la règle consistant à partager les deux tiers du sacrifice entre les invités et ceux qui sont en difficulté.

L’UMF lance un appel à ceux qui n’ont pas réservé leur sacrifice ou comptent le faire par procuration à avoir en mémoire que l’acte sacrificiel reste malgré tout une recommandation alors que porter assistance aux personnes en danger est une obligation religieuse et morale et un devoir citoyen. Et comme toujours, s’acquitter d’une obligation ou d’un devoir prime sur l’accomplissement d’une recommandation.

Enfin, dans la perspective du nouvel an hégirien 1437, l’UMF rappelle que les réfugiés rentrent dans plusieurs des huit catégories, citées dans le Saint Coran, pour recevoir une part de l’impôt de solidarité qu’est « Zakat El Mal ».

Paris le 08 septembre 2015

Mohammed MOUSSAOUI

Président de l’UMF

Fil de navigation