La liberté d’expression n’est pas l’incitation

L’Union des Mosquées de France exprime sa profonde indignation face à la diffusion par la chaîne d'information LCI du discours xénophobe et antimusulman, prononcé par Eric Zemmour à la « convention de la droite » du 28 septembre 2019.

La transmission en direct de ce discours de plus de 30 minutes truffé d’appels, à peine déguisés, à la guerre civile et à la haine du musulman nous choquent profondément et nous laissent perplexes quant aux objectifs de sa diffusion par ce média.

En effet, sous prétexte de la liberté d’expression, cet extrémiste bénéficie trop souvent de tribunes médiatiques sans contradicteurs, en violation totale des règles de déontologie et d'éthique. Pourtant, sa condamnation le 17 septembre 2019 pour incitation à la haine religieuse devait inciter tout média responsable à la précaution et à la retenue.

Les musulmans de France ont été régulièrement appelés à « se désolidariser » des extrémistes se réclamant de l’islam, à clarifier leur position à leur égard et à condamner leur idéologie mortifère avec davantage de force. Aujourd’hui, les musulmans de France assistent à une banalisation des discours xénophobes et islamophobes par ceux-là même qui les somment constamment de se justifier.

L’Union des mosquées de France, qui appelle les musulmans de France à faire confiance aux valeurs qui animent l’immense majorité de nos concitoyens au delà de leur conviction religieuse ou philosophique, appelle également à la solidarité de toutes les forces vives de notre pays pour dénoncer et faire taire toutes les idéologies extrémistes qui menacent l’unité et la cohésion de notre pays.

L’ouverture par le parquet de Paris d’une enquête sur les propos d’Eric Zemmour lors de la « convention de la droite » est une décision salutaire afin que les injures publiques et irresponsables, l’incitation à la haine et à la discrimination ne soient pas banalisées ni impunies.

Paris, le 02 octobre 2019

Union des Mosquées de France

Fil de navigation