La liberté d’expression n’est pas l’incitation

L’Union des Mosquées de France exprime sa profonde indignation face à la diffusion par la chaîne d'information LCI du discours xénophobe et antimusulman, prononcé par Eric Zemmour à la « convention de la droite » du 28 septembre 2019.

La transmission en direct de ce discours de plus de 30 minutes truffé d’appels, à peine déguisés, à la guerre civile et à la haine du musulman nous choquent profondément et nous laissent perplexes quant aux objectifs de sa diffusion par ce média.

En effet, sous prétexte de la liberté d’expression, cet extrémiste bénéficie trop souvent de tribunes médiatiques sans contradicteurs, en violation totale des règles de déontologie et d'éthique. Pourtant, sa condamnation le 17 septembre 2019 pour incitation à la haine religieuse devait inciter tout média responsable à la précaution et à la retenue.

Les musulmans de France ont été régulièrement appelés à « se désolidariser » des extrémistes se réclamant de l’islam, à clarifier leur position à leur égard et à condamner leur idéologie mortifère avec davantage de force. Aujourd’hui, les musulmans de France assistent à une banalisation des discours xénophobes et islamophobes par ceux-là même qui les somment constamment de se justifier.

L’Union des mosquées de France, qui appelle les musulmans de France à faire confiance aux valeurs qui animent l’immense majorité de nos concitoyens au delà de leur conviction religieuse ou philosophique, appelle également à la solidarité de toutes les forces vives de notre pays pour dénoncer et faire taire toutes les idéologies extrémistes qui menacent l’unité et la cohésion de notre pays.

L’ouverture par le parquet de Paris d’une enquête sur les propos d’Eric Zemmour lors de la « convention de la droite » est une décision salutaire afin que les injures publiques et irresponsables, l’incitation à la haine et à la discrimination ne soient pas banalisées ni impunies.

Paris, le 02 octobre 2019

Union des Mosquées de France

Décès du Président Chirac

Le président Jacques Chirac vient de s’éteindre chez lui à Paris, ce jeudi 26 septembre 2019 à l’âge de 86 ans.

En cette douloureuse circonstance, l’Union des Mosquées de France présente ses sincères condoléancesà sa femme Bernadette, sa fille Claude, son petit fils Martin et à tous ses proches et amis.

Néle 29 novembre 1932 à Paris, Jacques Chirac fut président de la République du 17 mai 1995 au16 mai 2007, maire de Paris du 25 mars 1977 au 16 mai 1995, Premier Ministredu 2è mai 1974 au 25 août 1976 puis de 2à mars1986 au10 mai 1988. Il fut à plusieurs reprises député, ministre, secrétaire d’Etat, président du Conseil Général et a occupé de nombreuses responsabilités politiques.

L’image qu’il aurait laissée,à l’échelle nationale, seraitcelui d’un président proche des français, cordial et accessible,comme en témoigne les hommages qui lui sont rendus par l’ensemble descitoyensquelle que soit leur condition etleurconviction. Al’échelle internationale, son opposition à la guerre d’Iraq de 2003 fut le symbole de sa volonté de défendrel’indépendance de la politique étrangère de la France.

Paris le 26 septembre 2019

L’Union des Mosquées de France

Ce samedi 21 septembre 2019, un peu avant 20h00, un homme a foncé sur l’entrée de la mosquée de Colmar et pénétré dans son enceinte avant d’être interpelé par les forces de l’ordre. Aucun blessé autre que le conducteur n’est à déplorer.

Selon la procureur de la République de Colmar, l'auteur de cette attaque s'est lui-même blessé à l'arme blanche et a été hospitalisé, et « qu'à première vue, il souffrirait de problèmes psychiatriques ».

L’Union des Mosquées de France exprime son soutien total et sa pleine solidarité aux responsables et aux fidèles de la mosquée de Colmar extrêmement choqués par cet acte de violence délibéré dont la motivation n’a pas encore été élucidée.

Paris, le 21 septembre 2019

Union des Mosquées de France

Attaque Mosquée Colmar 3  Attaque Mosquée Colmar 2  Attaque Mosquée Colmar 1

Fil de navigation