logo umfConstatant avec inquiétude l’évolution du Conseil Français du Culte Musulman et son orientation vers une voie sans issue et manifestement en décalage avec les attentes exprimées par les musulmans de France, des membres fondateurs du CFCM, institutions musulmanes et des acteurs du terrain, ont décidé de prendre leur responsabilité et d’alerter les musulmans de France sur la situation grave que traverse l’instance sensée représenter le culte musulman en France.

Lors des assises départementales de juillet à septembre 2018, les musulmans de France ont exprimé massivement leur choix de la mise en place des Conseils Départementaux du Culte Musulman (CDCM), élus par les mosquées de chaque département, jouissant d’une existence juridique et constituant la base pour l’élection des différentes instances régionales et nationales du culte musulman.

Cette demande légitime et de bon sens n’a malheureusement pas été prise en compte par les instances actuelles du CFCM contrairement à ce qui est prétendument annoncé dans le communiqué du CA du CFCM du 16 juin 2019. En effet, les Conseils Départementaux du Culte Musulman (CDCM), tels que prévus par la réforme des statuts du CFCM du 7 avril 2019, ne seront pas élus et ne s’appuieront sur aucune entité juridique. Ils seront informels et désignés par l’exécutif du CFCM. Ce dernier, issu de la désignation directe par certaines fédérations déconnectées de la réalité du terrain, n’est pas en mesure d’opérer ce changement tant attendu par les musulmans de France. 

 

De même, le « conseil religieux du CFCM » dont la création a été annoncée en 2016 par le bureau exécutif du CFCM, ne s’est jamais exprimé et aucun avis religieux n’est à son actif. Ce conseil aurait dû être l’émanation des conseils des imams et des cadres religieux départementaux et régionaux pour qu’il soit légitime et reconnu. 

 

Inverser le processus de construction des différentes institutions du culte musulman, en partant du haut vers le bas par la désignation arbitraire, comme le fait le bureau du CFCM, rendrait ces institutions de fait non légitimes et inopérantes. 

 

Cette situation grave nécessite un sursaut de toutes les forces vives de la communauté musulmane de France afin que le culte musulman y soit dignement représenté aux niveaux local et national.

C'est pourquoi :

Nous appelons à une représentation démocratique et inclusive, ouverte et attentive aux préoccupations et aux attentes des musulmans de France.

Nous appelons à la mise en place d’une coordination qui permettra aux mosquées et aux imams et cadres religieux de chaque département de se concerter et de s'engager ensemble sur des préoccupations communes et d’élire démocratiquement leurs représentants aux niveaux départemental, régional et national. Ces représentants, légitimés par les acteurs locaux, procèderont à la mise en place des instances régionales et nationales pour une représentation renouvelée du culte musulman que les musulmans de France appellent de leurs vœux.

Paris, le 17 juin 2019

Premiers signataires :

Union des Mosquées de France (UMF)

Grande Mosquée de Lyon (GML)

Abdelhaq Nabaoui, Président du CRCM-Alsace et Aumônier national des hôpitaux

Fédération Nationale des Musulman de France (FMNF)

Grande Mosquée Mohammed VI de Saint Etienne (GMSE),

Grande Mosquée d’Evry Courcouronnes (GME),

Grande Mosquée de Strasbourg (GMS)

Union des Mosquées de la région Corse, Union des Mosquées de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, Union des Mosquées de la région Occitanie, Union des Mosquées de la Région Nouvelle Aquitaine, Union des Mosquées de la région des Pays de Loire, Union des Mosquées de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Union des Mosquées de la Région Bourgogne-Franche-Comté, Union des Mosquées de la Région Centre Val de Loire, Union des Mosquées de la Région Grand Est, Union des Mosquées de la Région Ile-de-France, Union des Mosquées de la Région de Normandie, Union des Mosquées de la Région Hauts de France,…

Fil de navigation