la prière de l’Aïd

Partant du principe fondamental de préservation de la vie, le CFCM appelle les musulmans de France à ne pas célébrer dans les mosquées la prière de l’Aïd El Fitr, annoncée pour Dimanche 24 mai 2020. Chacun pourra l’accomplir chez soi et en famille.

En effet, par sa décision du 18 mai 2020 le Conseil d’Etat a ordonné au gouvernement de modifier le décret du 11 mai 2020 qui imposait une interdiction générale et absolue de tout rassemblement et réunion au sein des lieux de culte. Selon le Conseil d’État cette interdiction créait une discrimination entre les lieux de culte et les autres établissements recevant du public qui sont autorisés à accueillir moins de 10 personnes.

C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre le nouveau décret du 22 mai 2020. A travers ce décret, le gouvernement autorise la reprise des cérémonies religieuses strictement encadrées et sous la responsabilité des organisateurs, mais recommande fortement une reprise des cérémonies à partir du 3 juin 2020. Cela laissera le temps de voir l’impact du lever du confinement du 11 mai 2020 sur la situation sanitaire de notre pays qui reste précaire malgré l’amélioration liée au confinement.

S’agissant des cinq prières journalières, le CFCM appelle les responsables de mosquées à attendre la publication des recommandations du CFCM pour une reprise progressive et dans le strict respect des conditions de sécurité sanitaires.

Fait à Paris, le 23 mai 2020

Mohammed MOUSSAOUI

Président du CFCM

Aïd El Fitr

Le Conseil Français du Culte Musulman et les fédérations qui le composent, réunis par visioconférence ce vendredi 22 mai 2020, annoncent que le jour de la fête de l’Aïd de l’année hégirienne 1441H correspond au dimanche 24 mai 2020.

En effet, les données astronomiques montrent que la nouvelle lune, du début de mois de chawal 1441, ne sera visible aujourd’hui nulle part dans le monde puisque la conjonction de la lune aura lieu ce 22 mai 2020 à 17h39’ heure universelle, 19h39 heure de Paris.

A cette occasion, le CFCM adresse ses chaleureuses félicitations à l’ensemble des musulmans de France et leur présente ses meilleurs vœux de santé de bonheur et de prospérité.

Comte tenu du contexte de pandémie, la prière de l’Aïd ne peut avoir lieu dans les mosquées. Chacun pourra l’accomplir chez-lui, dans le même format que celui de la mosquée mais sans prêches. L’acte du don de Zakat El Fitr et l’esprit de solidarité et de partage de cette fête doivent être source de joie et d’espérance pour celles et ceux qui se trouvent en difficulté, notamment dans le contexte particulier du confinement.

Dans le cadre de la concertation entre les cultes et les pouvoirs publics, le Ministre de l’Intérieur M. Christophe Castaner a rencontré les responsables des cultes de France, en audioconférence ce vendredi 22 mai 2020. Tout en annonçant la reprise imminente et encadrée des cérémonies religieuses, monsieur le Ministre a réaffirmé la recommandation des autorités médico-scientifiques et des pouvoirs publics de différer cette reprise au mois de juin pour mieux analyser les effets du lever de confinement du 11 mai 2020 sur la situation sanitaire de notre pays.

Dès publication du nouveau décret du gouvernement sur la reprise des cérémonies religieuses, le CFCM diffusera ses recommandations pour que cette reprise soit progressive et dans le respect des mesures de prévention applicables aux rassemblements.

Le CFCM appelle les musulmans de France à avoir une pensée particulière pour tous ceux qui nous ont quitté et leurs proches, à prier pour le rétablissement des malades et la protection de notre pays et de nos concitoyens.  Le devoir de nous protéger collectivement doit nous permettre d’adapter l’organisation de nos moments festifs aux impératifs de la distanciation physique et des gestes barrières.

Le CFCM assure l’ensemble de nos concitoyens de ses prières fraternelles pour que notre pays puisse sortir de la pandémie en renforçant son unité et sa cohésion et retrouver les meilleures conditions de son bonheur et de sa prospérité.

Le CFCM forme le vœu pour que les décideurs de la communauté internationale puissent puiser dans les enseignements de la pandémie les moyens d’une nouvelle politique orientée vers davantage de solidarité entre les peuples et les nations.

Paris, vendredi 22 mai 2020

Mohammed MOUSSAOUI

Président du CFCM

Une consultation des mosquées de France
Le site www.saphirnews.com  a mis en place une consultation à destination des responsables de mosquées sur la question du déconfinement des lieux de culte.  la participation ne prend vraiment que quelques minutes.
Des menaces de mort

L’Union des Mosquées de France (UMF) condamne avec force les menaces de mort taguées sur les murs de la mosquée du quartier Favreau à Cholet (Maine-et-Loire).  

Le président de l’Union des Mosquées de France de la région Pays de Loire, M. Mimoun BOUHAOUI, également président du CRCM- Pays de Loire, nous a indiqué que l’inscription « Vous serez fusillés » qui a été taguée à deux endroits sur les murs de cette mosquée, membre de l’UMR-Pays de Loire, y a été découverte le mercredi 20 mai au matin. Elle y serait donc inscrite très probablement dans la nuit du 19 à 20 mai 2020, correspondant à « la nuit du destin », moment important du mois de Ramadan.

L’Union des Mosquées de France exprime son soutien total et sa pleine solidarité aux responsables et aux fidèles de ce lieu de prière et de recueillement fermé comme toutes les mosquées de France depuis le 15 mars 2020.   

Une plainte sera déposée contre X pour faire toute la lumière sur ces menaces abjectes.

Fait à Paris, le 21 mai 2020

Mohammed MOUSSAOUI

Président de l’UMF

La décision du Conseil d’État

Le CFCM appelle les musulmans de France à considérer la décision du Conseil d’État du 18 mai 2020 dans son contexte quant à la possibilité de reprendre les cérémonies religieuses. Cette décision rappelle la nécessité de concilier entre deux valeurs constitutionnelles importantes : La liberté de culte et la protection sanitaire. Cependant, elle n’ouvre pas la voie à une reprise normale et immédiate des cérémonies religieuses.

Compte tenu de la situation sanitaire de notre pays, la reprise des cérémonies religieuses dans les mosquées, qui doit être progressive, ne peut avoir lieu à l’occasion de grands rassemblements telles que la fête de l’Aïd ou la prière de vendredi.

Comme le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur s'y sont engagés, le travail conjoint entre les cultes et les pouvoirs publics doit permettre d'établir les conditions nécessaires d'une reprise des cérémonies dans les lieux de culte, assurant la sécurité sanitaire des fidèles.

Dans ce cadre, le CFCM a demandé à toutes les fédérations qui le composent ainsi qu’aux conseils régionaux de culte musulman de lui faire parvenir leurs propositions pour entamer les prochaines étapes de déconfinement dans les meilleures conditions.

Dans sa décision, le Conseil d’État juge que l’interdiction totale et absolue posée par le décret du 11 mai 2020, crée une discrimination entre les pratiquants et les non-pratiquants d’une religion ainsi qu’entre les Établissements de culte, interdits de recevoir du public, et les d’autres Établissements recevant du public, autorisés à recevoir moins de 10 personnes.

Le Conseil d’État ordonne au Gouvernement de lever cette interdiction absolue et lui demande d’édicter à sa place des mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus pour encadrer les rassemblements et réunions dans les établissements de culte.

Paris le 19 mai 2020

Mohammed MOUSSAOUI

Président du CFCM