logo umfL’Union des Mosquées de France (UMF), qui vient d’apprendre la mise en place d’un conseil théologique du CFCM via un communiqué de presse daté de dimanche 8 mai 2016, craint que les circonstances qui entourent cette mise en place ne portent les germes de son échec auprès des musulmans de France.En effet, les Conseils Régionaux du Culte Musulman (CRCM), instances élues par les mosquées de France, chargées de relayer les décisions prises par le CFCM auprès des musulmans de France, n’ont été ni informés ni consultés pour cette mise en place. Ils viennent de l’apprendre par un communiqué de presse !

Les membres du Conseil d’Administration élus par les mosquées de France constituant l’instance décisionnelle du CFCM, n’ont été ni consultés ni informés du projet. Pire, l’ordre du jour du Conseil d’Administration du CFCM qui se réunit dans une semaine, le 14 mai 2016, ne fait aucune allusion à ce conseil théologique.

logo umfL’Union des Mosquées de France (UMF) condamne avec force l’incendie criminel qui ravagé la mosquée du quartier de Mezzavia d'Ajaccio ce samedi matin aux alentours de 4h30. Cet acte constitue l’une des attaques les plus graves qu’aient connues les mosquées de France ces dernières décennies.

L’Union des mosquées de France exprime sa profonde inquiétude face à cette recrudescence des actes islamophobes et dénonce cette atteinte grave à la liberté du culte.

Accueil 77Dans un article intitulé "Avignon, la Reine Jeanne, n’est pas la cité des Papes mais la République des Salafistes" qui fait suite à un premier article publié le 19 janvier 2016, son auteur Djaffer Ait Aoudia, présenté comme envoyé spécial du magazine Paris Match à Avignon, s’est livré à une campagne diffamatoire et indigne à l’égard de nombreuses personnalités et institutions musulmanes d’Avignon. Il s’y est également permis de dresser un réquisitoire aussi injuste que ridicule à l’égard des pouvoirs publics. La description surréaliste qui est faite de la ville d’Avignon, de ses quartiers, de ses élus et des représentants de l’Etat, ainsi que de ses citoyens de confession musulmane, relève de la diffamation.Déjà, en 2008, l’un des responsables de la société CAPA de production de l’émission "Les infiltrés" de France 2 avait résumé la méthode de ce "journaliste", employé par l’émission à l’époque : "Pour faire court, Djaffer Ait Aoudia fait état de course à l'audimat à partir de commentaires bourrés d'information erronées". 

logo umfL’Union des Mosquées de France qui a pris connaissance du document intitulé « Charte des Mosquées de Béziers» et de la promotion qui en a été faite par le Maire de Béziers et par ceux qui en sont signataires, appelle les mosquées de Béziers à ne pas cautionner ce type d’initiative contraire au principe de Laïcité et aux valeurs de la République.

Ce document dans sa version initiale, chargé de confusions et d’amalgames, dénigre d’une manière fallacieuse et scandaleuse l’école Malékite suivie par l’immense majorité des musulmans de France.

Fil de navigation